Retour accueil

Vous êtes actuellement : La carrière  / Mouvement des personnels 


Mutations : prochainement, une nouvelle note de mobilité

mercredi 10 octobre 2012

Mutations interdépartementales et départementales 2013 : prochainement une nouvelle note de mobilité !

Mutations inter-départementales :

En 2008, le ministère avait mis en place une note mobilité concernant les mutations inter-départementales et les mutations intra-départementales. L’objectif annoncé était notamment d’améliorer les taux de satisfaction pour les rapprochement de conjoints. Or, les statistiques des années précédentes en ce qui concerne les mutations inter-départementales ne présentent aucune amélioration, bien au contraire :
- baisse constante de la satisfaction des demandes satisfaites : 25 % l’an passé, 37,08 % pour 2010, 35,7% en 2009, alors qu’il était de 42,24% en 2008, 41,26% en 2007, 40,21% en 2006, 42,74% en 2005 et 45,76% en 2004 !
- baisse de la satisfaction des demandes au titre du rapprochement de conjoint, satisfaites à hauteur de 46 % l’an passé (contre 64 % précédemment).

JPEG - 28.9 ko

De ce fait, les conjoints, le plus souvent des mères de famille, sont contraints d’interrompre leur carrière en ayant recours à un congé parental ou à une disponibilité.

Depuis la note de mobilité de 2008, les points et les majorations de points liées à la durée de séparation qui leur permettraient d’accélérer leur demande de mutation n’existent plus, ceux-ci n’étant attribués qu’au cas où la collègue concernée poursuit son activité professionnelle dans son département d’origine. L’importance du nombre de points pour la durée de séparation est telle qu’elle peut rendre impossible à des conjoints en séparation non effective d’atteindre le barème pouvant satisfaire leur demande. Le barème attribué ne permet donc plus à ces collègues de muter. Il est donc nécessaire de rétablir un barème qui prenne en compte les séparations non effectives.

Nous constatons également depuis la suppression de l’étude des demandes de 500 points au plan national une forte augmentation du nombre de demandeurs obtenant les 500 points. Pour autant, ils n’obtiennent pas systématiquement leur mutation contrairement aux modalités précédentes (commission nationale). De plus, les critères sociaux et familiaux n’entrent plus en compte dans l’attribution de ces points limitant ainsi le champ des personnels concernés.

Actuellement, le Ministère consulte les représentants sur le projet de note de mobilité 2013.

Dans ce contexte, le SNUipp/FSU demande :

Le respect des instances paritaires :

  • le rappel de la nécessité d’une consultation effective des représentants du personnel dans les
  • départements, avec communication dans un délai suffisant des barèmes pour pouvoir faire
  • notre travail de vérification ; Dans notre département l’étude des barèmes qui seront transmis au MEN se fera en groupe de travail. Le SNUipp a demandé que cela se fasse dans le cadre d’une CAPD réglementaire.
  • une réelle consultation des CAPD pour l’attribution de la majoration exceptionnelle de 500 points ( ce qui est le cas dans l’Oise où elle aura lieu le 30 janvier), avec présence effective du médecin de prévention et une harmonisation nationale des demandes étendues aux critères sociaux et familiaux ;
  • une référence claire aux CAPD et non pas à des groupes de travail qui n’ont pas d’existence réglementaire ;
  • une publication des calibrages demandés par les DASEN et les recteurs.
  • un ajustement des calibrages par le ministère permettant d’ouvrir les possibilités de mutations. Particulièrement dans notre département qui est déficitaire en personnels depuis de nombreuses années.

Prise en compte humaine des situations

  • une modification des barèmes et des points de « durée de séparation » permettant de rendre possible une mutation en cas d’arrêt d’activité avec l’octroi de la moitié des points pour séparation. Au minimum, en application de la loi n° 2012-347 du 12 mars 2012, relative à l’égalité professionnelle entre hommes et femmes, le congé parental doit être considéré comme du service effectif dans sa totalité pour la première année et pour moitié pour les années suivantes .
  • une solution par corrections manuelles à l’issue des opérations informatisées, pour les collègues qui se verraient ’’doublés" par un autre collègue ayant un barème plus petit, entre 2 départements donnés ; ces situations dues à l’ordre du traitement des permutations et des mutations, sont peu nombreuses et les collègues pourraient aisément être affectés en surnombre ;
  • une phase manuelle complémentaire réelle, dans le cadre d’une gestion des ressources humaines attentive et non pas sous un seul angle comptable.

mutations intra-départementales

Auparavant, il n’y avait pas de cadrage national qui organisait les mouvements intra-départementaux. Les règles faisaient l’objet d’une prise en compte des réalités départementales, des priorités définies par le DASEN. Le cadrage introduit par la note de service a conduit à s’éloigner de ces réalités, à déshumaniser cette opération, à enlever aux CAPD tout rôle de contrôle des opérations. Sous prétexte d’efficacité, pour ne pas dire d’économie, l’objectif est d’affecter le plus grand nombre de collègues de manière définitive, y compris sur des postes non demandés. Ainsi, des insatisfactions qui étaient auparavant provisoires deviennent définitives. Le mouvement des personnels doit rester à double objectif : répondre aux besoins du service sur tous les territoires et permettre aux enseignants de travailler dans de bonnes conditions.

Dans notre département les contraintes fortes qui pèsent sur les règles du mouvement a conduit à limiter les mutations des collègues déjà titulaires de leur poste, à nommer assez peu de collègues à titre définitifs (au final), à affecter à titre définitif des collègues sur des vœux non voulus (vœux obligatoires).

Dans ce contexte, le SNUipp/FSU demande au niveau national :

  • Nous demandons qu’aucun vœu non formulé par un collègue ne soit imposé par un DASEN (exemple : vœux géographiques qui deviennent une obligation dans certains départements) et qu’aucune affectation définitive ne se fasse sans vœu volontaire ;
  • Nous demandons la limitation des postes à profil aux seuls postes à compétences particulières qui une fois reconnues laissent place aux règles communes pour départager les candidats compétents ; une communication claire aux collègues de la nature des postes à profil et des compétences exigées ;
  • Nous demandons le retour d’une consultation des instances paritaires qui fait défaut dans certains départements ;
  • Nous demandons le retour à deux phases informatisées dans les départements où cela est nécessaire et possible.

Dans notre département, au groupe de travail du 3 juillet nous avions fait adopté un vœu par l’ensemble des représentants des personnels.

N’hésitez pas à nous contacter pour toute information.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |

Adresse postale :
11, rue du Morvan
BP 80831
60008 BEAUVAIS Cédex

http://60.snuipp.fr - Tél : 03 44 05 02 20 - Tel2 : 09 83 30 02 20 - Fax : 03 44 02 74 97 - E-mail : snu60@snuipp.fr